Reinette Clochard et la Rousse

Origine de la Reinette Clochard

Cette pomme a été vulgarisée dès l840, année où les Frères Leroy l’ont présentée au Comice horticole de Maine-et Loire. Elle était connue sous les noms de ‘Reinette de Parthenay’ mais aussi ‘Reinette de Rochelle’. La Gâtine en Deux-Sèvres est déjà connue pour ses pommes. On peut remonter le temps, puisqu’on trouve notre Clochard citée en 1774 dans l’inventaire d’une borderie (petite exploitation) à Secondigny: ‘un petit pommier de pommes clochard dans le quaireux’ ( cour de ferme où sont entreposés les fumiers).

Quand on consulte l’inventaire des pommiers du verger de St Loup-sur-Thouet réalisé en 1735 (1802 arbres fruitiers) on ne la trouve pas citée, pas plus lorsqu’on consulte la liste des pommiers du curé du Tallud réalisée entre 1720 et 1731 ( environ 300 arbres fruitiers) .

Toutefois, ils possèdent quelques pommiers ‘inconnus’ ou ‘sans nom’ ou ‘ pas entés’ . A St Loup, on retrouve ’69 renette’ sans nom et ’10 inconnu’. Au Tallud, on trouve ’37 rened blanc », 11 rened’ (renette) , ’51 enté sans billet’, ’38 sauvageau’ à côté de ‘7 pomme de poitiers’.

On peut supposer que parmi ces ‘rened, inconnu, enté sans billet, sauvageau’ pourrait se trouver l’origne de la Clochard, et qu’elle a été baptisée entre 1735 et 1774; mais où, quand et par qui??? Nous trouverons peut-être au hasard des recherches.

Dès le XVIème siècle, la plupart des baux oblige le métayer à semer, greffer, planter des arbres fruitiers:

-1545: ‘planteront par chascune des dites années une douzaine de sauvageaux estdits lieux

-1643: ‘planteront une douzaine de sauvageaux, soit pommiers ou poyriers pour y faire des entes lorsqu’il conviendra’

-1681: ‘planteront par chacune desdites année sur lesdits lieux une douzaine de sauvageaux quils feront anter de bons fruicts’

-1697 à la metairie la Rivoire de Pougne: ‘est faite la présente ferme à moitié de tous fruicts, ensemble la moitié des pommes nessans et croissans es terres labourables et pommiers de ladite mestairye’

-1749: ‘sera tenue la ditte Labaye de planter ou faire planter aussy par chacun des dittes années sur les dépandances de la ditte bordrie six à sept sauvageaux tant pommier, poirier, serizier, chateigner, chaigne’

-1795: ‘des sauvageaux de bonnes especes en tel nombre qu’on puisse faire douze pieds dantes par année en bons fruits

Entre temps, l’hiver 1709 sera passé par là en détruisant bon nombre d’arbres fruitiers et le travail aura dù être recommencé.



Origine de la Rousse

On trouve dans les même registres:

-1692 à Azay-sur-Thouet: ‘la moitié dans les pommes renette et rousse’

-1769 au Tallud: ‘….les fruits d’un pommier de pommes rousses’

J-F Meurville 01.2020.