Un Suédois » à la recherche de vielles pommes locales de France

Cela a commencé avec une bonne pomme d’un petit supermarché à la campagne au nord
de Nice au printemps dernier. Elle s’appelait Chantecler, je m’y suis intéressé et j’ai
recherché plus d’informations directement en ligne. Là, j’ai découvert qu’un parent est la
Reinette Clochard dont le nom me disait quelque chose. Mon épouse est originaire de la
petite région des Deux-Sèvres, dans l’ouest de la France, d’où cette variété est originaire et
je me suis rappelé que son voisin de 90 ans, Gaby, m’avait montré cette variété. Selon lui,
cette pomme est robuste et résistante, et se conserve longtemps. Gaby avait également
parlé des Croqueur de Pommes, une association d’amateurs d’arbres fruitiers ayant pour
objectif général de rechercher et de préserver les anciennes variétés.

L’association compte de nombreux départements locaux en France et j’ai contacté Jean-Claude, la personne à contacter pour les Deux-Sèvres, pour lui demander s’il était possible d’acheter des greffons de Reinette Clochard par son intermédiaire. Jean-Claude a vite répondu par des points d’exclamation: imaginez que quelqu’un en Suède s’intéresse à notre variété locale! Peu
après, j’ai eu un paquet de greffons dans la boîte aux lettres.

J’ai commencé à regarder un peu plus les sites Web départementaux locaux de Croqueur
de Pomme à propos de leurs anciennes variétés bien-aimées. Une pomme pour laquelle je
me suis fasciné était Patte de Loup. Elle est décrite comme étant du Moyen Âge et porte
souvent des cicatrices approximatives, comme si quelqu’un l’avait coupée (avec une patte
griffue). Quand j’ai vu qu’elle venait de la petite ville de Beaupréau où vit la tante de ma
femme, j’ai décidé d’essayer de l’obtenir aussi.


Pendant le Nouvel An, nous étions en France et j’ai envoyé un email à Jean-Claude pour
obtenir des conseils. Vint rapidement une réponse que je devrais appeler l’expert du
greffage, Roger, qui vit à seulement 20 minutes de ma belle-famille. Le lendemain matin,
nous y étions. Roger nous a fait visiter son jardin et d’autres terres qu’il avait utilisées pour
ses arbres fruitiers. Il avait rassemblé plus de 90 sortes de pommes et de poires.

Dans son petit hangar de stockage, il a montré quatre boîtes différentes portant l’étiquette Patte de Loup. Un seul contient la bonne variété dont il a parlé. Il s’avère que la variété est souvent mal identifiée et que beaucoup appellent à tort d’autres variétés pour le même nom.
Trois heures sont passées très vite et nous avons dû rentrer à la maison pour le déjeuner.
J’ai récupéré avec moi des greffons et un sac de fruits. Après le déjeuner, je sors une patte
de loup. Vraiment une pomme de caractère. Couleur brun-vert mat spécial, rugueux et avec
une cicatrice rugueuse. Je le divise en cinq morceaux que je distribue autour de la table. La
chair est compacte et a goût de litchi. Tout le monde acquiesce.


Reste à savoir comment Patte de Loup et Reinette Clochard vont évoluer dans mon jardin
en zone 3. J’ai de la patience. Roger me montre les variétés qui sont encore dans son stock.


Juste avant de goûter ma première patte de loup.